non violence
Psychologie

Comment faire face aux violences conjugales ?

La violence conjugale n’est pas un mythe. Chaque jour, plusieurs centaines de personnes en sont encore victimes en France. Si vous êtes une de ces personnes, ou que vous connaissez une amie qui se trouve piégée dans une relation violente, voici quelques solutions qui peuvent vous être utiles.

En parler est toujours mieux

On a encore aujourd’hui du mal à déterminer clairement le nombre de victimes de violence conjugale. Et pour cause, plusieurs personnes victimes d’une relation violente se taisent. Ce n’est pourtant pas la meilleure solution pour faire face à ce genre de situation. Pour vous en sortir, il n’y a rien de tel que de parler.

Vous n’avez pas besoin de vous adresser directement aux autorités. Bien sûr, porter plainte contre votre conjoint reste la meilleure solution. Mais si vous avez peur des conséquences, ou que vous ne savez pas comment faire, vous pouvez contacter des proches ou des associations qui peuvent vous conseiller sur les démarches à suivre. Vous avez également à disposition quelques lignes téléphoniques gratuites qui peuvent vous aider.

Outre de vous conseiller dans les choses à faire après avoir été victime de violence conjugale, parler avec des personnes proches vous permet de vous libérer du poids du secret. Pour votre santé psychologique, il n’y a rien de tel.

Ne pas se culpabiliser

Les victimes de violence conjugale ont tendance à excuser leur bourreau et à se culpabiliser. « Peut-être est-ce de ma faute » « Si je n’avais pas fait ceci ou cela, je n’aurais pas été violenté » : ce sont des excuses typiques des victimes. Mais pour faire face à une violence conjugale, il ne faut pas accepter et rendre normale ce genre de comportement.

Aucune excuse ne devrait permettre à un conjoint de donner des coups à sa femme. Code pénal oblige. Chaque atteinte à l’intégrité physique et/ou morale peut être punie par des peines de prisons et d’amende.

Savoir dire stop

Qui dit violence conjugale, n’entend pas uniquement violence physique. Les coups et les bleus ne sont pas les seules choses que les conjoints peuvent supporter dans leur couple. Certains experts parlent également de violence psychologique. Il s’agit d’insulter, de rabaisser et de critiquer sans cesse une personne, jusqu’à la rendre psychologiquement et moralement faible.

Sachez qu’une violence conjugale est un cercle vicieux. Votre conjoint vous violente ? Vous partez ? Mais il reviendra pour s’excuser. Il promettra de ne plus recommencer. Et vous serez tenté de le croire. Mais, il y a 80 % de chance qu’il recommence ses vieilles habitudes, plus s’il est sous l’emprise de l’alcool ou de certains substances prohibées.

Vous devez donc passer outre vos sentiments et savoir dire stoppe une bonne foi pour toute. Pour votre bien-être et pour celui de vos enfants, arrêter cette relation conflictuelle reste la meilleure solution.

Violence conjugale : les hommes peuvent en être victime

Sachez que les femmes ne sont pas les seules à devoir faire face à des violences conjugales. Quelques hommes en sont aussi victimes. Il n’y a pas de quoi avoir honte. Comme susmentionné, en parler reste le meilleur moyen pour mettre fin à ce genre de situation. Plusieurs hommes ont d’ailleurs déjà porté plainte pour maltraitance auprès des autorités et s’en sont sortis.

Bien souvent, les cas de violences conjugales envers les hommes sont dus à un excès de jalousie de leur femme, ou à un complexe de supériorité de la conjointe. Bien sûr, la victime supporte les violences en excusant sa partenaire et en trouvant des explications à ses nombreux bleus.

Publicités