enfant triste
Psychologie

Qu’est-ce que la maltraitance infantile ?

La maltraitance infantile est une infraction punie par la loi. Les droits de l’Homme et les droits de l’enfant se battent depuis plusieurs années pour la protection des personnes de moins de 18 ans. Aussi bien sur le plan international que nationale, on ne cesse de rapporter les sanctions pour ce genre d’infraction. Mais qu’en est-il de la définition de ce qu’est une maltraitance infantile ? Focus sur les divers aspects de ce genre de violence.

Les formes habituelles de maltraitance infantile

Quand on parle de maltraitance infantile, on a directement une image précise en tête. Il s’agit de la violence physique et verbale : coups, gifles, coups de pieds, insultes, propos blessants, etc. Plusieurs mineurs sont victimes de ce genre d’abus de nos jours. Avec l’intervention de quelques proches ou de voisins, certains d’entre eux sont désormais protéger par les associations privées et/ou publique.

Généralement, les maltraitances sont faites par des membres mêmes de la famille : père ou mère, oncle ou tante, etc. Les causes peuvent en être variées. En générale, ce sont la prise d’alcools et des substances prohibées qui en sont l’origine.

Non-respect des droits inhérents à l’enfant

Il existe une convention internationale des droits de l’enfant et diverses lois internationaux consacrés aux droits des enfants. On peut se baser sur ces dernières pour définir ce qu’est la maltraitance infantile. Et pour cause, dans ces lois sont relatés les divers droits inhérents à un enfant :

  • Le droit d’étudier
  • Le droit de s’amuser
  • Le droit de manger à sa faim
  • Le droit à l’intégrité physique
  • Le droit à la nationalité
  • Le droit d’être protégé
  • Le droit aux repos
  • Le droit à la parole
  • Le droit à des soins médicaux

Tout non-respect de ses droits peut être considéré comme une maltraitance infantile. Bien sûr, principe de droit oblige, il existe quelques exceptions à la règle. Le but n’est pas non plus de permettre aux enfants d’en profiter. Par exemple, malgré le droit aux repos, un enfant peut et doit participer aux tâches ménagères, pour peur que les corvées sont à la hauteur de ses capacités.

Le Code pénal et les diverses lois nationales entrent en jeux

Le Code pénal et le code de travail peuvent aussi vous aider à vous faire une idée sur ce qu’est une maltraitance infantile.

La séquestration et les abus sexuels sur mineurs sont les crimes les plus connus. Ils sont punis par de lourdes peines d’emprisonnement. Pour le viol sur mineur, la peine est de 15 de prison minimum. Pour ce qui est de la séquestration, elle est soumise à une peine de 20 ans de réclusion criminelle.

En outre, sachez qu’un enfant, donc une personne mineure, n’a pas le droit de travailler. Le fait d’employer une personne de moins de 16 ans peut être considéré comme une maltraitance infantile. Ce genre d’infraction vous expose à d’important dommage et intérêts.

Des infractions extraordinaires considérées comme de la maltraitance infantile

La maltraitance infantile n’est donc pas simplement le fait de laisser à l’abandon un enfant ou de le violenter verbalement et physiquement. Ce sont les formes les plus connues certes, mais il existe des infractions beaucoup plus graves. Tel est le cas par exemple du trafic d’enfant.

Le trafic se définit comme le déplacement d’une personne d’un pays à un autre. Il peut prendre plusieurs formes. La plus répandue est celle qui propose une éducation aux enfants qui seront ensuite réduits au rang d’esclave.

On parle de trafic d’enfant, quand il y a traite de personne de moins de 18 ans. C’est une circonstance aggravante à l’infraction. Ce genre de maltraitance est soumis à des sanctions pénales, allant de plusieurs années de réclusions criminelles à la perpétuité.

Publicités